Nous contacter
LA SECURITE SUR L'A88

la sécurité sur autoroute : ce qu'il faut savoir

Les équipements de sécurité

Bandes sonores latérales

Les lignes de peinture, à droite, vers la bande d'arrêt d'urgence étalonnent les distances :

  • 1 trait = danger
  • 2 traits = sécurité

Elles vous alertent si vous franchissez cette ligne latérale sonore.


Glissières de sécurité et atténuateurs de choc

Si vous sortez accidentellement de la chaussée, les glissières de sécurité amortiront le choc et limiteront ses conséquences. Les glissières en terre-plein central empêchent le franchissement des voies.


Bande d'arrêt d'urgence

La bande d'arrêt d'urgence à droite de la file normale de circulation n'est pas une aire de repos : ne s'y arrêter qu'en cas de danger réel. Pour leur protection, tous les passagers devront sortir du côté droit du véhicule et passer derrière la glissière de sécurité.


Panneaux à message variable

Les panneaux lumineux vous indiquent en temps réel les éventuels incidents que vous risquez de rencontrer. En période normale ils peuvent vous donner quelques conseils de prudence.

                                                                                                                                                           


Attention à la somnolence, les signes, les risques

Les signes d’alerte existent. Sachez les reconnaître et faire une pause sur une aire dès leur apparition.

•  Difficulté à se concentrer

  Picotement des yeux

  Bâillements répétés

•  Fourmillements dans les jambes

  Raideurs dans la nuque, dans le dos

  Besoin incessant de changer de position

Attention ! Certains médicaments présentent des risques pour la conduite.

Ils sont indiqués par ce pictogramme. Reportez-vous toujours à la notice.

                                                                                                                                                                 

Conduire de nuit

Limitez les risques d’assoupissement.

Faites des pauses

  Dormez quelques heures, si cela est possible.
  Pendant le voyage, arrêtez-vous souvent : 15 minutes de sommeil peuvent suffire pour récupérer dès que le moindre signe de fatigue apparaît.
  Apprenez à repérer les premiers signes de fatigue : tête lourde, picotements dans les yeux, bâillements répétés, changement fréquent de position, difficulté à maintenir une trajectoire constante...


Les heures à risque

Soyez très vigilant, la plupart des accidents se produisent la nuit (avec un pic entre minuit et 6 h).

Adaptez-vous à la faible visibilité

  Vous ne verrez les obstacles qu’au dernier moment.
  • Les phares éclairent au mieux à 200m et les feux de croisement à 50m.
  • A 130Km/h, tout obstacle sera forcément vu au dernier moment.
  • Cet obstacle peut être un véhicule ou... un piéton (une personne descendue de son véhicule, en panne ou accidenté, par exemple
  Vérifiez le fonctionnement et la propreté de vos phares et de feux de croisement.
  En cas d’accident, allumez vos feux de détresse. Mais ne faites jamais signe aux autres véhicules pour qu'ils s'arrêtent. Ils ne vous verront qu'au dernier moment et risquent d’effectuer des manœuvres dangereuses.

Pensez-y

Le port du gilet de sécurité est vivement recommandé sur autoroute, particulièrement si vous circulez la nuit. De nuit, en cas de panne, vous serez visible à 160 m avec un gilet et à 30 m sans gilet.

                                                                                                                                                                 

Conduire par mauvais temps

>  Par temps de pluie

Quand le sol est mouillé, l'adhérence est diminuée de moitié, les distances d'arrêt sont multipliées par deux et les accidents sont deux fois plus fréquents.
La vitesse maximale autorisée est de 110 Km/h

  Conservez une distance de sécurité de deux traits avec les véhicules qui vous précèdent.
  Si la visibilité est réduite :

  • ralentissez encore
  • augmentez les distances de sécurité
  • allumez vos feux de croisement.


Attention au vent
  Regardez bien les indicateurs de vent ces « chaussettes » rouges et blanches striées, qui vous indiquent la force et la direction du vent.
  Le vent est un facteur important de risques,

  • si votre voiture est chargée
  • si vous tractez une caravane ou si vous conduisez un utilitaire
  • et, par vent fort, après avoir doublé un poids lourd.

>  Par brouillard

Ne vous laissez pas surprendre.

  Réduisez votre vitesse, jusqu’à 50 Km/h en cas de brouillard très dense.
  Maintenez une distance de sécurité de 2 traits minimum avec le véhicule qui vous précède.
  Allumez les feux de croisement et le feu arrière de brouillard.
  A l'entrée d'une nappe de brouillard, ne freinez pas brutalement.

>  Par temps de neige et verglas

En cas de neige ou de verglas, réduisez votre vitesse et conduisez en souplesse

  Reportez, si possible, votre départ en cas de chute de neige annoncée sur votre parcours.
  En roulant, gardez au moins 50 m de distance avec le véhicule qui vous précède.
  Ne dépassez jamais les véhicules de déneigement.
  Evitez de changer de file.
•  Si la situation devient trop difficile, rejoignez la prochaine aire pour vous y arrêter et attendez les instructions données par le personnel des sociétés d’autoroutes.

                                                                                                                                                                 

Conduite écologique

"L'éco-conduite" : une conduite économe et responsable

L'éco-conduite est un ensemble de pratiques de conduite et d'utilisation des véhicules ayant pour but d'optimiser la consommation de carburant, de réduire les émissions de gaz à effet de serre et la fréquence des accidents. Elle s'appuie sur la prise de conscience, par chaque conducteur, de son rôle déterminant dans la lutte contre le réchauffement climatique et pour les économies d'énergie.

L'éco-conduite consiste, avant tout, à mettre en pratique quelques règles simples :

Démarrez en douceur. Un moteur rejette plus de CO2 lorsqu'il est encore froid. Evitez de le "pousser" à l'arrêt. Démarrez immédiatement à vitesse modérée puis accélérez progressivement.

Restez calme. Une conduite souple et sans à-coups permet de réduire notablement (jusqu'à 40 %) la consommation de carburant... et le stress. Pensez : vitesse stabilisée, anticipation, maîtrise. Ne démarrez pas en trombe au feu vert !

Choisissez le bon régime. En passant la vitesse supérieure avant d'atteindre les 2 500 tours/min, vous économisez jusqu'à 20 % de carburant.

Evitez les bouchons. Lorsque cela est possible, planifiez vos déplacements en dehors des heures de pointe, choisissez un itinéraire dégagé, des axes de circulation plus "roulants". Au ralenti, vous consommez 40 % de carburant en plus.

Coupez votre moteur à l'arrêt. En stationnement, en file d'attente, stoppez systématiquement votre moteur : la planète vous en sera reconnaissante.

Réglages et entretien : prenez les bonnes habitudes

Un bon réglage du moteur vous fait gagner jusqu'à 25 % de consommation de carburant, réduit d'autant les émissions polluantes, améliore le fonctionnement et la longévité du moteur.

  Contrôlez régulièrement les niveaux de votre véhicule.

  Effectuez les révisions prévues par le constructeur pour votre véhicule, tous les 10 000 ou 15 000 km ou, au moins, une fois par an.

  Faites contrôler la qualité de la carburation et effectuer les réglages nécessaires.

Roulez gonflés ! le bon reflexe sécurité

Des pneus sous-gonflés augmentent votre consommation de 3 % et d'autant les émissions de CO2. En outre, la tenue de route est moins bonne, les risques d'éclatement beaucoup plus élevés.

Contrôlez la pression :

•  tous les 2 mois au moins en utilisation courante,

  à chaque départ avant d'entreprendre un long trajet. Pour la conduite sur autoroute, il est recommandé d'ajouter de 200 à 300 g au gonflage habituel.

Vérifiez fréquemment le niveau d'usure.